A propos

Doctrine lève 2 millions d’euros pour mettre l'intelligence artificielle au service des avocats. 

Le Google du droit sera français !

Je suis le co-fondateur et président de Doctrine, déterminé à mettre l’intelligence artificielle au service des avocats. Je suis heureux de vous mettre dans la confidence : Doctrine.fr a levé 2 millions d’euros moins de six mois après sa création ! Je serais ravi d’échanger avec vous autour d’un café si le sujet vous intéresse.

Doctrine.fr : le Google du droit que les avocats attendaient
Doctrine est un moteur de recherche juridique qui utilise l’intelligence artificielle pour simplifier la recherche, la veille et l’analyse de décisions de justice, à destination aujourd’hui des avocats. Doctrine exploite le big data de la justice afin de trouver facilement la jurisprudence et d’analyser les décisions pour, par exemple, déterminer la moyenne des indemnités prud’homales accordées au tribunal.

Le droit demeure en marge de la disruption numérique
D’après Nicolas Bustamante, co-fondateur et CEO de Doctrine.fr : « Les avocats vivent un moment crucial de leur histoire où ils doivent se doter d’outils numériques puissants pour éviter l’ubérisation que représentent par exemple DemanderJustice et RocketLawyer. Hélas les solutions des acteurs traditionnels (LexisNexis, Dalloz) ne sont pas adaptés au 21e siècle. Nous avons donc décidé de fournir aux avocats la puissance de l’intelligence artificielle pour enfin faire rentrer la recherche juridique dans l’ère du numérique. »

Cette pépite de la LegalTech a déjà séduit plus de 5 000 avocats en leur permettant de gagner plusieurs heures de travail par semaine. Lauréat de Viva Technology Paris, le moteur de recherche est d’ores et déjà utilisé par près d’un tiers du Legal500 France. Doctrine connaît ainsi une croissance de 15 % par semaine et entend séduire d’autres professions juridiques à commencer par les juristes d’entreprises. Le marché de la LegalTech représente déjà 16 milliards de dollars aux États-Unis.

Doctrine révolutionne le droit grâce à la data science
« Ils poussent la culture de la satisfaction client à son maximum pour fournir une expérience incroyable aux avocats clients, allant jusqu’à donner des cours de droit à leurs data scientists pour que tout le monde ait une compréhension fine du secteur », dit Bruno Raillard, partner d’Otium Venture. Clarisse Berrebi, associée du cabinet 11.100.34 et présidente de la commission Intranet et Nouvelles technologies du Conseil national des barreaux, ne tarit pas d’éloges : « Nos équipes gagnent un temps considérable, les algorithmes de machine learning de Doctrine apprennent de nos recherches et nous proposent des textes adaptés à nos dossiers. »

Une équipe qui fait le pont entre les mondes mathématiques, droit et informatique :

-
Nicolas Bustamante (École normale supérieure) : Major de l’ENS, il quitte l’ENS après 4 mois et prend un billet pour la Silicon Valley. De retour en France en janvier 2016, il fonde Doctrine.fr à 21 ans.

- Antoine Dusséaux (École polytechnique, UC Berkeley) : après une formation en data science, Antoine, qui parle 7 langues, s’est spécialisé dans le traitement du langage naturel et le text mining et supervise l’équipe de data scientists.

- Raphaël Champeimont (Docteur en informatique) : Directeur informatique. Après sa thèse sur la combinatoire des mutations génétiques, Raphaël décide d’appliquer ses connaissances à l’analyse de millions de décisions de justice. 

La moitié de l’équipe actuelle vient de San Francisco et Doctrine recrute encore 15 personnes en marketing, business development et data science d’ici la fin de l’année.

Les résultats en 6 mois sont là : 
  • Plus de 5 000 avocats gagnent plusieurs heures de travail par semaine ;
  • Doctrine rend accessibles des millions de décisions de justice automatiquement ;
  • Doctrine apporte de la transparence en fournissant une analyse chiffrée des décisions de justice ;
  • 15 % de croissance par semaine et un tiers des cabinets Legal500 déjà utilisateurs.
Cette prise de participation a été réalisée avec Otium Venture ainsi que Kima Ventures (Xavier Niel), TheFamily (Save, CaptainTrain, Algolia), Oleg Tscheltzoff (Fotolia), Florian Douetteau (Dataiku) et Thibault Viort (Wipolo, Cityvox).

À propos d’Otium Venture
Otium Venture investit de 500 K€ à 5 M€ en Seed / Series A dans des startups technologiques, avec un intérêt particulier pour les modèles SaaS, Marketplaces et Médias innovants. Otium Venture dispose de 100 M€ à investir et a été créé par Otium Capital, le family office de Pierre-Edouard Stérin. Otium Venture a notamment investi dans Stratumn, Payfit et Sourced.  otiumcapital.com

contact : nicolas@doctrine.fr